Rechercher
  • synthesis-fr

Mercredi 15 octobre 2014…

Mis à jour : 19 nov. 2019


Mercredi 15 octobre 2014… Quatre jours avant sa mort accidentelle, j’ai offert à Christophe de Margerie une montre inventée par de jeunes designers chinois. C’est une montre entièrement montée à l’envers qui rend difficile la lecture du temps et perturbe nos repères, une montre où l’aiguille tourne de droite à gauche et qui remonte le temps. Après un moment d’hésitation le PDG a réussi à lire l’heure, à l’envers, puis s’est engagé notre troisième échange sur « sa relation au temps ».
« Le présent n’existe pas, seul l’avenir compte », l’homme avait un rapport excessif à l’avenir et c’est cette force d’attraction pour demain qui rendait la personne aussi puissante, libre et singulière dans notre société fatiguée. Comme si chacune des décisions à prendre, des propositions à écouter, des négociations à gagner devaient passer au crible de demain.
« Demain ? Que sera le Monde ? La France ? Que sera l’entreprise ? Ne restons pas figés. » Ces questions le travaillaient et l’empêchaient de dormir. Elles se confondaient parfois dans son esprit avec une interrogation plus personnelle, celle-là : « J’ai 63 ans, il me reste du temps pour un après-Total, que ferai-je quand j’aurai du temps ? ». Cette perspective l’inquiétait : celle du temps qui reste à vivre… inquiétude inutile, sur laquelle nous aurions nous, tous intérêt à méditer.
Christine Cayol


6 vues